Viva Las Vegas

Welcome_to_Fabulous_Las_Vegas_signLa rédaction de Cap Luxury vous dévoile les dessous des destinations les plus attirantes lorsqu’il s’agit de dépenser une rentrée d’argent importante. Nous nous inspirons notamment du voyage autour du monde d’une de nos anciennes collaboratrices qui a eu la chance de faire partie d’une des grilles gagnantes de SuperChance100. Cap sur Las Vegas !

Las Vegas, c’est cette ville de rêve où tout devient possible. Nichée au cœur du désert du Nevada, elle est le décor de certains des plus grands films du siècle dernier. La rédaction de Cap Luxury vous conseille d’ailleurs de voir ou revoir Las Vegas Parano ainsi que la trilogie du Parrain, deux pièces maîtresses du cinéma qui dépeignent plus ou moins vertueusement les mœurs de la ville du péché.

L’autre petit nom de Las Vegas la fabuleuse c’est aussi « la ville sans horloge », les casinos préférant n’avoir ni horloge ni fenêtre afin de ne pas distraire les joueurs. Ironiquement, la ville est fondée par une communauté mormone en 1855. En 2010, on y compte pas moins de 583 756 habitants et 1 951 269 habitants en comptant son agglomération !

Il semblerait que la mafia ait réellement eu un rôle très important à jouer dans le développement économique de Vegas. En effet, au cours des années 60, les barons de la drogue et de la prostitution préféraient investir à Cuba, pour des raisons évidentes. En 1959, à la chute du dictateur Batista, remplacé par Fidel Castro, la Mafia se tourne vers les casinos et hôtels de Las Vegas, et ce jusqu’aux années 90. On prétend d’ailleurs que c’est la période la plus élégante qu’ait connue la ville. Frank Sinatra et son fameux Rat Pack improvisaient tous les soirs sur la scène de la Copa Room de l’hôtel Sands, détruit depuis. On pouvait aussi y écouter chanter les meilleurs tubes du King plusieurs fois par an.

À partir des années 90, la ville donne une nouvelle orientation à ses ambitions économiques. Plus artistique, plus touristique, on ne va plus seulement à Las Vegas pour jouer mais aussi pour voir le soleil se lever sur la tour Eiffel et se coucher sur le pont du Rialto. La ville du péché est une ville de folie.

Quittons-nous sur cette citation libératrice d’Oscar Wilde : « Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam