L’immobilier à Marrakech : enjeux et perspectives

À l’instar des différentes bulles spéculatives des autres secteurs d’activité économique, une bulle immobilière s’identifie par une hausse diligente des prix (ventes et achats villas, appartements & terrains) et dans une zone géographique déterminée depuis 2008. Cette hausse de la valeur des biens immobiliers peut être amorcée par un quartier ou une région, pour se propager ensuite à toute une ville et, à terme, à l’ensemble du territoire d’un pays.

En effet, cette croissance des prix du marché immobilier est généralement soutenue par une croyance populaire qui considère que le prix augmente en permanence. En outre, cet accroissement de la valeur des biens immobiliers évolue sans être influencé par les fondamentaux économiques tels que la valeur des locations notamment la « Location Longue Durée Villa Marrakech », les revenus des ménages ou les salaires.

Location Longue Durée Villa Marrakech.

Formation des bulles spéculatives dans le secteur de l’immobilier

Le marché immobilier se trouve essentiellement déséquilibré en raison de plusieurs dysfonctionnements d’ordre conjoncturels, budgétaires et réglementaires. Les méfaits conjoncturels sont spécialement dus aux fluctuations des taux d’intérêt des emprunts bancaires octroyés à de nombreux ménages, ayant la possibilité de s’endetter et d’acheter à des prix élevés.

Dans ce cadre, les risques des bulles immobilières présentent une corrélation opposée à celle des taux d’intérêt. Quant aux dysfonctionnements budgétaires, ils concernent l’adoption, par exemple, d’une politique de destruction de logements insalubres sans mettre en œuvre une stratégie de construction de logements neufs, ponctuée par un manque de vision opérationnelle des autorités locales pour le renouvellement urbain. Concernant les contraintes réglementaires, elles se rapportent spécifiquement à l’inadéquation des règles fiscales et des lois de protection des petits propriétaires qui provoquent une situation de forte spéculation sur les parcs immobiliers, cadencée par une déréglementation du système bancaire.

Historique des crashs immobiliers au niveau mondial

La première bulle immobilière enregistrée à l’échelle planétaire remonte aux années 1920, ayant précédé la crise économique mondiale de 1929. Elle a été amorcée aux Etats-Unis, causant un sérieux crash immobilier qui a laissé des villes entières en chantier et des régions en état d’ébauche. Ce crash a été essentiellement enclenché par les facteurs traditionnels provoquant les crises immobilières tels que : le surcroît démesuré des prix, rythmé par l’assouplissement disproportionné de l’accès aux crédits, et l’investissement excessif de nombreux spéculateurs externes.

Le crash immobilier des années 2000 avait réuni toutes les caractéristiques nécessaires pour favoriser la prolifération d’une crise économique mondiale, ayant sévi depuis l’année 2008. La faiblesse des taux d’intérêt du crédit offerts par les différents établissements bancaires internationaux, confrontés à une concurrence acharnée, appuyés par la titrisation des emprunts contractés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam