Japon : se détendre aux onsen

japonLa rédaction de Cap Luxury poursuit sa série d’article au sujet des plus beaux bains au monde. Avis aux amateurs qui n’auraient pas l’occasion de s’y rendre, un abri de piscine conserve la chaleur de l’eau, et permet de bénéficier de ses vertus curatives toute l’année. Cette semaine, nous consacrons notre article aux sources thermales nippones, les onsen. Elles font le bonheur des épicuriens du monde entier.

Il s’agit d’une étape incontournable quand on visite le pays du soleil levant. On s’y délasse sans retenue et en toute nudité. Le peuple nippon n’entretient pas le même rapport au corps que les occidentaux. Celui-ci n’est pas considéré comme honteux. Les témoignages des américains au lendemain du débarquement sont nombreux quand il s’agit de souligner cette divergence culturelle. Les fameuses sirènes japonaises, ces pêcheuses photographiées nues par les soldats lors de leur séjour, ont d’ailleurs fait le tour du monde. Ce sont eux qui imposent aux japonais la division des thermes entre hommes et femmes.

Au Japon, on ne vient pas au bain pour se laver. Comme en Hongrie, il est nécessaire de le faire avant d’entrer dans les eaux chaudes et réparatrices des thermes japonais. Car les eaux des kami (divinités shintô) ne peuvent être salies.

Les thermes nippons se situent souvent dans des paysages somptueux. Lovés sur le littoral ou face au Mont Fuji, les sources d’eaux chaudes sont partout. Parmi les 23 425 stations thermales recensées officiellement par le ministère de l’Environnement du Japon, on distingue les celles de Beppu, au cœur des montagnes, celles enneigées de Nagano et de celles de Kyoto. Leur décor modeste et l’atmosphère paisible de l’onsen surplombe la rivière Kurama. Les eaux de cette région du pays sont réputées pour soigner les maux de dos ainsi que les rhumatismes. Avis aux amateurs, les tatouages y sont interdits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam